Douce Normandie en septembre 2014

dimanche 14 décembre 2014
par  Charles
popularité : 18%

 Séjour CABOURG du 22 au 28 septembre 2014

Les Photos du séjour sont à la rubrique « Photothèque » en cliquant sur ce lien
http://www.anrvendee.fr/IMG/html/imgcol-Normandie2014

Les Vendéens en Vadrouille !
Yétions tot’in guerouaille de l’ANR Vendée l’outre semaine de septembre à nous balladeuille en Normandie. Yavons vu dous cioches, dous musées pi lespiages dou débarquement et pi tot’la côte en faisant les margoulins su les pianches de Deauville jusqu’à Fécamp, l’a fé vrai bia. Juste un bolliard la duxième jornaille. Le chouffur dou car condisait vrai ben. O l’a bé rigolaië. Tot le monde été content. L’avant tortots remerciaille nous organisaturs Magalie et Jean Bernard.
Comme tous, vous ne comprenez pas forcément le patois du pays des achards, je vous suggère plutôt de lire le compte rendu ci-dessous. Amicalement

Cette année, 70ème Anniversaire du Débarquement, la Normandie a vu débarquer sur ses terres un groupe de 42 Vendéens ! Nous ne sommes pas arrivés par la mer comme les Vikings, dont Rollon, arrivé de Norvège, mais nous avons tout de même envahi le site de Sweet Home à Cabourg, pour une semaine conviviale, agréable, très ensoleillée, comblés de cuisine normande (crème, teurgoule « Riz au lait et à la cannelle », camembert, et délices issus de la pomme)

 La première halte de notre périple, s'est produite à Villedieu les Poêles, illustrant la devise de William Somerset Maugham « Tout bonheur commence par un déjeuner tranquille », et ce déjeuner fut tranquille et gourmand !

Petite cité de caractère, Villedieu est une ville au patrimoine architectural et artisanal hors du commun.

Moulage d’une cloche Sa Fonderie des Cloches Harvard Cornille (connue dans le monde entier), travaille avec la même méthode ancestrale le cuivre et l’étain, fait chanter ce métal, et nous révèle ses secrets..
Le premier jour nous faisons un arrêt à Villedieu les Poêles visite d’une fonderie de cloches depuis 200ans.
« Elle perpétue son savoir-faire dans un atelier construit en 1865 .Des compagnons fondeurs [mouler au trousseau à partir d’argile et de crottin de cheval] elles sont destinées aux quatre coins du monde et en 2013 la fonderie réalisait celles de notre Dame de Paris ».

 Visite de Bayeux, l'une des plus ancienne cité normande, renommée pour son patrimoine exceptionnel .

Nous visitons la cathédrale du XIème et XIIIème siècle, d’architecture romane et gothique. Nous découvrons ses deux tours romanes pourvues de flèches et de pyramides, entourées de quatre tourelles d’angles. Sa tour centrale gothique de style flamboyant est couronnée par un dôme de cuivre surmontée d’une tourelle de gué. Puis nous entrons à l’intérieur par l’un des cinq porches aux magnifiques tympans sculptés, représentant des scènes bibliques ou le martyre des saints « St Thomas Becket ».Nous sommes émerveillés par la beauté de tant de chefs d’œuvre (les vitraux, les objets d’orfèvrerie, les stalles sculptées, la chair, œuvre du sculpteur Bayeusain : JL MOUGIN, la crypte romane ornée de peinture d’anges musiciens………………..)

La tapisserie :
Sous forme de BD, longue de 70 m sur 50 cm de hauteur, la tapisserie de Bayeux, par une suite de tableaux, tous brodés avec du fil de laine sur un bandeau de lin, raconte comment Guillaume Duc de Normandie devint roi d’Angleterre. En effet, le roi Edouard, sans descendance, envisageait sa succession. Ayant lui-même du sang normand, il pensa à Guillaume et chargea Harold de le prévenir. Mais à la mort d’Edouard, Harold le félon se fait programmer roi. Guillaume va donc avec son armée combattre le parjure jusqu’à la bataille d’Hasting, d’où il sortira vainqueur.
C’est donc une succession de scènes représentant ces personnages, des soldats, des chevaux, des scènes de combat et enfin la victoire de Guillaume, brodée sur cette tapisserie.
Ce fut une visite plaisante et instructive, un bon moment de découverte et une grande satisfaction.

 Mémorial de CAEN :

Jean-Pierre, revenu la veille du Canada, est très ému pendant ce séjour de marcher sur les traces d’un cousin Canadien, même si nous ne faisons que passer à Courseulles sur mer, plage où les Canadiens ont débarqué le 6 juin 1944 à 07H35 D-DAY ! Lors de cette visite du mémorial, beaucoup d’entre nous ressentent une atmosphère pesante, pleine de tristesse, de souffrance !

Beaucoup de souvenirs racontés par des parents qui ont vécu, ou participé à cette terrible guerre, ont ressurgi de notre mémoire, nous laissant un sentiment profond de reconnaissance et de fierté. Ils ont tous combattu pour notre liberté et ce geste de mémoire est pour nous tous, un moment de communion qui soude le groupe pendant notre séjour.
Comme chacun sait, je reviens d’un voyage au Canada (rencontre de cousins et cousines) dans la province de la Saskatchewan…

Quel drôle de nom disait ma grand’mère dont le filleul avait émigré là-bas ! La fille du filleul, s’est mariée avec un Canadien et j’ai découvert que son mari, Soldat volontaire du Rifle de Régina, a débarqué à Juno Beach, a participé à la libération de Caen, et a été blessé à Falaise, il a eu la chance d’être sauvé par un français. Reconnaissance et respect pour tous ceux qui ont combattu et sont venus nous aider ! »

 Pegasus Bridge , Arromanches et les Plages du Débarquement, Omaha Beach, cimetière allemand de la Cambe :

Le troisième jour nous continuons d’explorer les sites de l’histoire du débarquement en longeant la côte, dans le sens des lieux libérés par les forces alliés, Anglaises, Canadiennes, Américaines, avec une halte à Pegasus Bridge premier lieu à être libéré. Certains ont pu prendre un café dans le bar de M. et Mme Gondrée, servi par leur fille qui était enfant ce 6 juin 1944.

Nous repartons pour Sword Beach (Riva Bella à Ouistreham, avec le commando Kieffer, Colleville Montgomery, Hermanville, Lion sur mer, Luc), Juno Beach (Courseulles, Graye), Gold Beach (Ver, Asnelles),

 Arromanches(Port Winston)

Nous visitons le très émouvant musée Avant de reprendre notre parcours, nous nous restaurons dans le manoir typique de la Rançonnière !
Bien réconfortés, nous reprenons notre itinéraire avec Omaha Beach (Vierville, la Pointe du Hoc) que nous visitons. Il pleut sur le cimetière américain grandiose, au-dessus de la falaise, avec ses tombes de toutes confessions. C’est impressionnant. Cette pluie battante qui nous accueille, (la seule de notre séjour) laisse imaginer qu’elle est peut-être formée des larmes des soldats américains émus de notre visite… !

 
Cette Pointe du Hoc garde encore et pour toujours les traces des trous d'obus et nous fait prendre conscience de la violence des combats !

Mais nous ne pouvions pas terminer sans visiter le cimetière Allemand de la Cambe. Beaucoup de jeunes âgés de 18 ans qui n’avaient pas choisi de participer à cette guerre y ont trouvé la mort. Nous regagnons Sweet Home dans le calme et le recueillement.

 Fécamp et Etretat :

Après ce retour émouvant dans l’histoire, nous avions besoin de nous réconforter avec une douce dégustation d’infusion alcoolisée du Palais de la Bénédictine à Fécamp et de prendre l’air du large sur la Falaise d’Etretat afin d’éloigner nos pensées obscures. Ce que nous fîmes avec entrain !

Au retour, Irène notre guide nous fit visiter Le Havre (le centre-ville, sa plage, son port) Merci à Manu, notre chauffeur pour son excellente conduite et sa gentillesse, toujours partant dans nos pérégrinations surprises, sachant tourner son bus afin que nous puissions prendre les photos du Pont de Normandie sous tous ses angles !

 Visite du Haras d'Ecajeul :

Présentation détaillée d’une jument
C’était par un beau matin ensoleillé, au 2ième jour de l’automne….
Le Haras d’Ecajeul nous a surpris par sa propreté, sa disposition harmonieuse des boxes où chaque porte blanche et verte, se détachait sur le mur de pierres parsemé de superbes grappes de fleurs de géraniums.
Notre Eleveur nous attendait. Il nous a présenté à tour de rôle, ses étalons, tous plus beaux les uns que les autres.
On l’appelle le « Chuchoteur » parce qu’il sait parler à l’oreille des chevaux… et des touristes !…
En effet, il est capable d’obtenir la soumission d’un jeune cheval au dressage, en 50 minutes seulement, en lui expliquant ce qu’il attend de lui, par la parole et le geste, sans le quitter du regard : la méthode, basée sur la confiance, fait des miracles. Finis les rodéos avec le cheval qui éjecte son cavalier sans ménagement ! Puis il nous a évoqué les courses qui s’internationalisent de plus en plus, notamment les échanges avec l’Australie et les USA.
Une jument et son poulain
Mais ces confrontations, riches en découvertes, en succès et en qualité des reproductions, ont un revers : elles engendrent des frais très élevés que nos éleveurs traditionnels ne peuvent plus assumer, malgré la qualité de leurs élevages.
La nouveauté réside aussi dans la méthode de reproduction : La moyenne des saillies se situent entre 1000 et 3000 €uros et va parfois jusqu’à 30.000€. Grâce au progrès de la médecine, l’échographie des ovaires fournie le jour et l’heure souhaitable pour la saillie. Elle est donc programmée pendant la ½ heure la plus favorable. De ce fait Il n’y a presque plus d’échec.
Puis, ce fut au tour de Madame de nous accueillir et nous faire déguster ses délicieux gâteaux aux pruneaux arrosés d’un verre de jus de pommes.
Merci à ces deux passionnés qui malgré tout ont regret, leurs 3 enfants ne veulent pas reprendre le flambeau
Le pot de l’amitié
Le banc mobile

Le vendredi 26 septembre au matin, après la visite du haras d’Ecajeul dont le propriétaire était à la fois très disponible et précis dans ses explications concernant le monde du cheval, son épouse nous a reçus amicalement dans son jardin autour d’un verre de cidre accompagné de cakes qu’elle avait délicatement préparés. Ce fut un agréable moment de détente.
Ensuite, la propriétaire nous a fait visiter sa demeure et tout le monde semblait ravi de cette matinée très enrichissante et émouvante.

 Honfleur et la côte fleurie :

Quelle belle journée, le soleil illumine la côte, faisant apparaitre de magnifiques paysages. Nous filons d’abord vers Deauville. Station balnéaire de luxe, avec son Casino, ses Palaces, ses villas classées, son champ de course, son golf. Elle est régulièrement fréquentée par de nombreuses célébrités du cinéma, de la musique du monde économique et politique, du monde du cheval et par des joyeux Vendéens en déroute, pas du tout impressionnés par ce luxe.
Nous repartons pour une escale dans la cité portuaire normande, située sur la rive sud de l’estuaire de la Seine, en face du Havre, au pied du Pont de Normandie. Honfleur est connue pour être la cité des peintres. Ils ont créé, l’école de Honfleur, le mouvement impressionniste. Nous les connaissons : G.Courbet, C.Monnet, E.Boudin……
Nous avons apprécié la balade de notre guide autour de ce bassin et dans les ruelles. Irène, nous a appris que Samuel de Champlain (né à Brouage en Charente Maritime) est parti d’Honfleur à maintes reprises pour rejoindre le Canada, où il a créé le Québec le 3 juillet 1608. Elle nous a fait découvrir l’église Ste Catherine, construite en bois par des charpentiers de marine, avec son clocher de bois extérieur, situé en face du portail d’entrée, une vraie curiosité. Cette visite a été riche pour les yeux, et pour l’esprit !

 Après un arrêt au pittoresque village de Beuvron en Auge, la dernière halte de notre séjour nous conduit au Château du Breuil, situé entre Deauville et Lisieux.

Nous visitons la distillerie et les chais, avant de déjeuner.
Ce repas nous à permis de déguster, différents millésimes de calvados, dans une ambiance de convivialité, à l’image de tout notre voyage.
Merci aux organisateurs (Magalie et Jean Bernard) ainsi qu’aux adhérents pour leur participation active.
Tout au long de ce séjour, nous avons profité des soirées festives, préparées par Nadine, la Directrice du centre : film sur la Normandie, soirée cabaret, bal, loto : bravo à notre couple, Michel et Michèle qui a gagné un séjour en gite à Sweet Home. Ce voyage a fini en apothéose avec la Patrouille de France qui nous attendait au-dessus de Cholet !
Pour cette année très spéciale pour nous, nous avons choisi de laisser la parole aux participants, nous les remercions d’avoir accepté de s’exprimer, même si parfois nous avons été obligés d’amputer leurs articles, merci à tous, merci de votre confiance pendant ces cinq années que nous avons vécues ensemble, nous vous disons au revoir, et « nous nous reverrons un jour où l’autre, si Dieu le veut ! » Jean-Bernard et Magalie
Les pigistes en herbe : Magalie, Alain (la mise en page et le patoisant), Mireille (la fonderie des cloches) Odette et Jocelyne pour Ecajeul , Christian (Bayeux), Jean-Pierre, Michel Boutin(le Château du Breuil), et Michel (le gagnant)


Commentaires  (fermé)

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 36 prochains mois